Articles

Bel Mundo, un resto durable à Molenbeek

Du potager à l’assiette : une belle leçon d’économie circulaire. L’Atelier Groot Eiland, asbl située à Molenbeek, œuvre depuis 30 ans en faveur des personnes les plus fragilisées sur le marché de l’emploi. Le restaurant Bel Mundo couronne joliment ces efforts en proposant une cuisine gourmande et durable. Les légumes et fruits de saison bio servis à table proviennent de leur grand potager de 1.500 m². Les producteurs sont locaux et fair trade, le mobilier est fait de bois récupéré et on y applique le « zéro déchet » grâce à la récupération d’invendus auprès de Delhaize.

Eurostat laat zien hoe snel de circulaire economie vooruitgang boekt

Suivre les progrès de l’économie circulaire grâce à Eurostat

Eurostat, l'Office statistique de l'Union européenne, dédie une nouvelle page de son site web à l'économie circulaire et ses progrès...

L'Europe a pris conscience de l'importance de valoriser l'économie circulaire et a mis en place une série d'outils et de mesures à cet effet. Dernière initiative en date : la création d'une page dédiée sur le site d'Eurostat. Celle-ci met en lumière les progrès dans le domaine de l'économie circulaire, autour de quatre grands thèmes :

> production et consommation (matières premières, production de déchets...) ;
> gestion des déchets (recyclage et valorisation) ;
> matières premières secondaires (contribution des matières recyclées à la demande en matières premières) ;
> compétitivité et innovation (investissements privés, emplois et valeur ajoutée brute liés au recyclage).

Plusieurs indicateurs permettent de suivre l'évolution et les tendances dans chaque domaine. Il suffit de cliquer sur le pays de votre choix. On peut ainsi observer, en Belgique, une forte augmentation du recyclage des déchets en 2015, une croissance de l'utilisation du matériel recyclé en 2014 ou encore l'évolution des marchés de matériaux recyclables ou du nombre d'emplois en rapport avec l'économie circulaire. Des données qui prouvent cependant qu'il reste encore de nombreux efforts à fournir...

L’économie circulaire dans l’espace

L'Agence spatiale européenne (ESA) travaille à la conception d'une boucle d'économie circulaire pour subvenir aux besoins des astronautes lors de voyages au long cours.

Dans l'espace, un homme a besoin chaque jour d'environ 1 kg de nourriture, 1 kg d'oxygène et 3 kg d'eau. Pour un aller-retour sur Mars, durée 3 ans, il faudrait donc embarquer 30 tonnes de ressources pour un équipage de 6 personnes. Mission impossible ! La solution ? Recycler les déchets durant le voyage. Le projet MELiSSA vise à mettre au point ce circuit fermé qui valorise tout ce que les astronautes rejettent (restes de repas, CO2, urine, excréments). Un écosystème artificiel complet et étonnant qui reproduit à petite échelle et à vitesse rapide les cycles de vie naturels de la Terre.

Apprendre à recycler en jouant

Une jeune étudiante néerlandaise a développé In the Loop, un serious game pour se familiariser à l’économie circulaire dans l’entreprise.

Le projet de fin d’études de Katie Whalen, à l’université de Delft aux Pays-Bas, est un jeu de plateau original. Durant 90 minutes, les joueurs qui prennent part à In the Loop se familiarisent aux fonctionnements et aux bénéfices de l’économie circulaire, réfléchissent aux différentes approches d’utilisation des ressources et matériaux. Objectif : apprendre à piloter une entreprise en tenant mieux compte des ressources et des matières premières et donc à devenir une entreprise circulaire.

Bruxelles se fait remarquer !

La Région Bruxelles-Capitale croit en l’économie circulaire. Son Programme Régional en la matière, le PREC, et son appel à projets Be Circular Entreprises ont été distingués aux Eurocities Awards 2017, ce 17 novembre à Ljubljana.

Pour redynamiser l’économie, Bruxelles mise sur l’environnement comme domaine porteur d’emplois, en lien avec le développement d’un programme régional en économie circulaire, le PREC, doté de 12,8 millions d’euros. Objectifs ? Transformer les objectifs environnementaux en opportunités économiques, ancrer l’économie à Bruxelles pour produire localement, réduire les déplacements, optimiser l’utilisation du territoire, créer de la valeur ajoutée pour les Bruxellois et de l’emploi. Les 111 mesures du programme ont séduit le jury des Eurocities Award puisque le PREC figurait parmi les 3 finalistes de l’édition 2017.

L’appel à projets Be Circular Entreprises de la Région a lui remporté l’Award dans la catégorie Innovation. Les entreprises, indépendants, ASBL… peuvent obtenir à travers Be Circular un soutien financier jusqu’à 80.000€, de l’aide de la part des services de support et voir leur projet mis à l’honneur. Les lauréats 2017 seront bientôt connus. Et si vous posiez votre candidature l’an prochain ?

économie circulaire

L’économie circulaire crée des milliers d’emplois

10.000 à 20.000 en Belgique, deux millions à l'échelle de l’Europe. L’économie circulaire est devenue un beau pourvoyeur d’emplois.

C’est une étude de l’Union européenne qui l’affirme : l’économie circulaire offre un potentiel énorme en matière d’emploi. D’ici 2030, la Suède a estimé à 100.000 le nombre de jobs offerts par cette nouvelle façon de concevoir les produits, de les produire et de les commercialiser. Ils seraient 200.000 au Royaume-Unis, 83.000 aux Pays-Bas. A l’échelle de l’Union, on annonce 2 millions d’emplois !

Et en Belgique ? Agoria, la fédération de l’industrie technologique, s’est penchée sur la question. Selon elle, 10.000 à 20.000 emplois seront créés dans l’industrie et la technologie belges grâce à l’économie circulaire. Il s’agit de plancher sur des produits innovants, offrant une durée de vie plus longue, et susceptibles de séduire une clientèle conscientisée. Car qui dit recyclage et économie circulaire met en avant l’aspect local. De quoi redonner un nouvel élan au marché belge.

En décembre dernier, le gouvernement bruxellois a annoncé dégager 1,5 million d’euros pour  soutenir 41 projets actifs dans l’économie circulaire via l’appel à projet « be circular ». Une initiative qui sera normalement reconduite et… porteuse d’emploi.

Ca circule entre Bruxelles, Paris et Montréal

Il y a toujours plus dans 3 (gros) cerveaux que dans un seul, y compris en matière d’économie circulaire.

A l’initiative de l’Institut de l’environnement, du développement durable et de l’économie circulaire au Québec, un réseau a été créé entre Montréal, Bruxelles et Paris, afin d’accompagner et soutenir les villes dans le déploiement de l’économie circulaire. Objectif : partager l’expertise des chercheurs et des acteurs de l’économie circulaire des 3 pays. Car l’innovation profite à tous.

BlueCity : l’économie circulaire inspirée par la nature

Au cœur de Rotterdam, BlueCity est un incubateur fonctionnant selon le principe de l’économie bleue, un modèle économique circulaire directement inspiré de la nature, afin d’innover durablement.

Installé dans une ancienne piscine rénovée, le projet BlueCity regroupe une quinzaine d’entreprises soucieuses de créer des produits respectant la nature et favorisant une réduction des coûts. Le lieu est devenu un véritable écosystème où les déchets d’une entreprise servent de ressources à une autre. Un modèle d’économie bleue a été élaboré par le Belge Gunter Pauli.

A la BlueCity, un fabricant de meubles utilise la cire d’abeille d’un apiculteur pour la finition de ses meubles, un entrepreneur cultive des spirulines (des algues riches en protéines) grâce au CO2 apporté par la chaleur résiduelle de la culture de champignons sur marc de café de la société RotterZwam.

Le site pourra réunir jusqu’à 50 entreprises poussant toujours plus loin la réflexion quant à l’économie circulaire, et cette économie bleue si bénéfique pour la réduction de déchets. La ville de Rotterdam soutient d’ailleurs fortement cette initiative. A quand une telle « city » chez nous ?

Des bâtiments à reconstruire à l’infini

Et si notre futur passait par des bâtiments à moduler et reconstruire à l’infini. L’architecte belge Steven Beckers, reconnu pour ses avancées architecturales en matière d’économie circulaire, a trouvé la solution.

Notre société a décidé d’en finir avec le « tout à la poubelle ». Et le recyclage passe aussi par l’architecture. Steven Beckers, qui dirige le bureau d’études Lateral Thinking Factory, s’appuie sur le « cradle to cradle » : du berceau au berceau. Cette idée du 100 % recyclable, il l’applique aussi aux constructions et rénovations de maisons et d’immeubles en désassemblant les bâtiments du sol au plafond pour mieux réassembler les éléments dans d’autres constructions.

C’est le principe de l’Upcycling : on ne recycle pas pour d’autres objets mais on réutilise à l’identique. Un bâtiment de bureaux pourra, dans 20 ans, servir à la construction d’appartements ou de maisons. Au-delà du développement durable, le pionnier en Belgique de ce procédé qui séduit de plus en plus à travers le monde, élabore des constructions qui auront un impact positif sur l’environnement, avec un minimum de technologie et des normes assez strictes. Car pas question d’utiliser des produits et éléments toxiques lors de la réutilisation. Désormais, on vise l’éternité… pour les bâtiments.

Les 21 mesures de la Belgique pour l’économie circulaire

Le Vice-premier ministre et ministre de l’Économie, Kris Peeters, et la ministre de l’Environnement et du Développement durable, Marie Christine Marghem, ont signé un document rassemblant des mesures importantes à mettre en œuvre avant fin 2019.

La Belgique croit en l’économie circulaire et le fait savoir. Mettre en place un modèle économique innovant, viser une utilisation plus durable des ressources naturelles, prendre conscience des défis en matière d’économie, d’écologie, et de façon générale de consommation. Un vaste programme auquel le gouvernement belge a décidé de s’atteler via une brochure expliquant les grands principes de l’économie circulaire et ses bénéfices, et reprenant 21 mesures concrétisant l’envie du Fédéral de faire de la Belgique un leader en la matière.

Les mesures sont très concrètes et visent une meilleure information du consommateur et des entreprises. Recommandations contre l’obsolescence programmée et pour la réparabilité des produits, intégration des principes de la chimie verte, mise en place d’un centre de connaissance en économie durable, information sur les potentialités de l’économie circulaire sur les marchés publics, promotion du recyclage sain…

Un document très détaillé, abondamment illustré, qui représente un outil autant de réflexion que d’action.