Articles

Créer son bureau à l’aide d’une imprimante 3D : une idée originale et respectueuse de l’environnement

Vous envisagez de construire de nouveaux bureaux ? Donnez forme à toutes vos envies grâce à une imprimante 3D ! Une solution pratique pour économiser de la main-d'œuvre et réduire considérablement la production de déchets liés à votre chantier.

Vous pourrez notamment vous inspirer des constructions sorties de terre à Dubaï, où chaque nouveau projet devra se composer d’au moins 25 % de matériaux issus d’une imprimante 3D en 2030.

Et le pays montre déjà que cette ambition est tout à fait réalisable. La preuve ? En 2016, Dubaï était fière de présenter un immeuble de bureaux d’une superficie totale de 250 m² intégralement réalisé à l’aide de cette technique. Et ce n’est pas un hasard si ce bâtiment abrite la Dubai Future Academy. Cet immeuble a été produit en Chine, où des professionnels ont imprimé 17 modules en forme de U de 17 mètres sur 3 en 17 jours. Une fois les différentes pièces acheminées sur place, le gros œuvre a été réalisé en un temps record de deux jours, raccordement aux équipements d’utilité publique inclus. Son prix : environ 125 000 euros. Le recours à cette technique a également permis de réduire de 60 % la quantité de déchets occasionnés par ce chantier.

L’impression 3D de matériaux de construction fait actuellement l’objet de tests dans d’autres régions du monde. Si elle offre de nombreux avantages en matière de coût et de respect de l’environnement, cette technique confère également aux architectes une plus grande liberté en matière de design.

Chez nous, le centre pour la durabilité et l’innovation Kamp C abrite désormais la plus grande imprimante 3D pour béton d’Europe au sein de son siège de Westerlo. Son objectif ? Convaincre les entrepreneurs de se lancer dans cette nouvelle aventure technologique.

Parallèlement à cette innovation, le secteur poursuit ses recherches en vue de mettre au point des matériaux de construction durables. On étudie par exemple la possibilité de remplacer le ciment employé dans ces imprimantes 3D par des géopolymères.

Design biophilique : un bureau 100% nature, ou presque

Design biophilique : un bureau 100% nature, ou presque

La biophilie fait la part belle au végétal mais aussi à l’eau, l’air ou la lumière sur notre lieu de travail.

Le design biophilique a pour but de créer des bâtiments inspirés de la nature et visant à nous connecter avec elle dans nos espaces de travail. Plusieurs études ont en effet prouvé l’accroissement de la productivité de 15 % dans les bureaux où l’ont trouve des plantes vertes !

Pour mettre le design biophilique, il est essentiel de tenir compte de :

  1. La lumière : avec l’installation de puits de lumière naturelle dans chaque espace, l’ouverture de larges baies avec vue, si possible sur la nature ;
  2.  L’air : en recherchant une qualité de l’air optimale, grâce à un système de ventilation adéquat. La présence de plantes vertes spécifiques peut également améliorer la qualité de l’air.
  3. L’eau : des points d’eau empêchent un air trop sec et renforcent la sensation de bien-être.

Outre l’intégration de ces éléments, la décoration des espaces va dans le même sens : salles de réunion agrémentées d’un jardin, trompe-l’œil à l’image de paysages, allées de gravier aux airs de jardin japonais, utilisation de couleurs naturelles comme le vert, le bleu, le brun...

Le centre de recherche Human Spaces a publié une étude sur l’incidence du design biophillique sur l’environnement de travail. Elle établit clairement le lien entre le bien-être, la productivité, la vitesse d’apprentissage et leur corrélation avec l’intégration d’éléments naturels.

Dechets_recylcés_brique_byFusion

Des briques en déchets recyclés

Un Néo-Zélandais a inventé une machine qui transforme les déchets plastiques en parpaings pratiques. La Byfusion est en plein développement.

Peter Lewis a mis au point une machine baptisée « Byfusion » qui recycle 100 % des plastiques. Les déchets, lavés et séchés, sont transformés en briques aux qualités isolantes thermiques et sonores. Certes, elles ne sont pas des plus esthétiques… Mais idéales pour des abris lors de grandes catastrophes, des murs de garages, des séparations dans les champs… Il a obtenu une subvention du ministère de l’Environnement néo-zélandais et a commencé à travailler avec la déchetterie de sa ville, à Dunedin.

Des moutons au beau milieu de votre entreprise…

Comment aménager les abords de son entreprise quand on dispose d'un espace vert de plusieurs hectares ? Nnof a trouvé la solution : la transformer en pâturage pour moutons ! Un bel exemple de gestion écologique en cours de mise en place chez Mainfreight, une entreprise logistique à Genk.

Depuis 5 ans, Nnof (anciennement D&C Services) œuvre pour l’introduction d’une plus grande biodiversité dans les zones d’activités et d’entreprises. Si jusqu’ici il s’agissait surtout d’aménagement de parterres fleuris, d’étangs, de biotopes forestiers ou de systèmes permettant de retenir les eaux pluviales, une nouvelle approche a été ajoutée : le pacage ovin.

C’est dans la cadre de la construction d’un centre logistique pour l’entreprise australienne Mainfreight à Genk, que la société immobilière Montea d’Alost a demandé à Nnof de réfléchir à l’aménagement en espace vert écologique de l’hectare et demi de terrain entourant le lieu.

Une idée innovante orientée client

La zone est constituée d’une partie boisée à forte croissance d’herbes hautes et d’un sol sablonneux et maigre. Pour une gestion écologique à long terme, le pacage des moutons est rapidement apparu comme la meilleure solution. Une solution qui a littéralement séduit l’entreprise australienne. Les moutons sont en effet très présents et prisés en Australie. Conséquence : alors que Nnof devait aménager 30 ares pour le pacage, Mainfreight a demandé d’étendre la surface de pâturage à un hectare, consciente que ce serait une plus-value pour les employés et les clients.

Les parcelles de pâturage ajoutées devaient à l’origine être converties en prairies fleuries maigres avec une grande biodiversité. Finalement, il a été décidé de tout combiner. D'avril à mai, un bélier, une brebis et deux agneaux paîtront sur la parcelle forestière initialement prévue. En mai, des prairies fleuries seront semées. À partir de septembre, lorsque la prairie fleurie aura atteint une croissance suffisante, elle sera soumise au pacage sélectif des moutons. En hiver, les animaux seront mis à l’abri à l’intérieur. Du printemps à l'automne 2019, le pâturage et la famille de moutons atteindront leur vitesse de croisière.

Vous souhaitez en savoir plus sur l'aménagement et/ou la gestion d’espaces verts écologiques, contactez-nous !

L’économie circulaire dans l’espace

L'Agence spatiale européenne (ESA) travaille à la conception d'une boucle d'économie circulaire pour subvenir aux besoins des astronautes lors de voyages au long cours.

Dans l'espace, un homme a besoin chaque jour d'environ 1 kg de nourriture, 1 kg d'oxygène et 3 kg d'eau. Pour un aller-retour sur Mars, durée 3 ans, il faudrait donc embarquer 30 tonnes de ressources pour un équipage de 6 personnes. Mission impossible ! La solution ? Recycler les déchets durant le voyage. Le projet MELiSSA vise à mettre au point ce circuit fermé qui valorise tout ce que les astronautes rejettent (restes de repas, CO2, urine, excréments). Un écosystème artificiel complet et étonnant qui reproduit à petite échelle et à vitesse rapide les cycles de vie naturels de la Terre.

Pentatonic

Des ordures ? Non, des meubles !

Une start-up britannique transforme les ordures en meubles et objets design. Nous on dit wouah !

Pentatonic a relevé un défi de taille : recycler des déchets du quotidien en mobilier et ustensiles looké. Ainsi, des écrans de smartphones deviennent des verres, le PET des bouteilles en plastique se mue en pieds de chaises et de tables, des DVD sont utilisés pour des bureaux… En collaborant avec des entreprises européennes de gestion des déchets, la start-up identifie les matériaux pouvant intervenir dans la construction de mobilier. Une collection de mobilier à base de mégots de cigarettes est annoncée début 2018.

Litières en papier recyclé

Ikati s'est lancée dans la production de litières à partir de déchets papiers récoltés en Belgique.

Pourquoi exporter nos déchets à l’autre bout du monde pour les voir recyclés en litières pour chats alors qu’il suffit de récolter en Belgique des vieux papiers et de les transformer en produit présentant un minimum d’impact écologique ? Tommy's Gazette™ est une nouvelle litière réalisée à 100 % en papier recyclé, à Bruxelles, sous forme de granulés, sans additifs ni produits chimiques ajoutés. Un souci écologique qui se retrouve jusqu’à l’emballage : un sachet en papier kraft, biodégradable et cousu à l’aide de fils en fibres naturelles également biodégradables. Idéal même si votre chat ne s’appelle pas Tommy !

Une serre dans un supermarché

Un supermarché allemand a installé une serre au cœur du magasin. Les clients y récoltent eux-mêmes leurs légumes.

La start-up Infarm s’est spécialisée dans les serres. Elle propose des kits pour construire chez soi des serres miniatures. Elle conçoit des serres verticales pour les restaurants, les hôtels… Elle vient de lancer un nouveau projet : un mini-potager en serre pour les rayons des supermarchés. Les clients peuvent dès lors récolter les légumes de leurs choix. Grâce à ce concept, c’est moins de transports polluants, moins de CO2, moins de gaspillage alimentaire, pour des produits sans pesticides.

Nnof et D&C Services créent un jardin naturel

Bureau d’études spécialisé dans les projets d’aménagement de bureaux, D&C Services, société sœur de Nnof, vient de créer un jardin écologique et naturel en s'inspirant des principes de base de l'aménagement extérieur de bureaux, l'une de ses spécialités.

C’était il y a quelques semaines, à Grimbergen. Nnof et D&C Services mettaient la touche finale à leur tout premier jardin rectangulaire d’une superficie de 5 ares dans une entreprise. Ce jardin a été aménagé de manière totalement écologique. C’est cette approche naturelle qui a séduit le maître d’ouvrage.

D’abord, aucun pesticides n’a été utilisé pour préparer le terrain qui a accueilli le jardin. L’entretien du jardin se fera également de manière totalement naturelle. Les arbres existants ont été sauvegardés dans la mesure du possible là où une entreprise classique préconisait de tous les abattre. Le gazon a été combiné à un champ de fleurs et de plantes qui permet ainsi aux abeilles et papillons des prairies avoisinantes de trouver un nouveau terrain de jeu. Le tout dans un budget deux fois moins important que celui des concurrents.

Cette étroite collaboration entre désirs du client et créativité de D&C et Nnof ont conduit à la réalisation d’un véritable havre de paix.

Nnof réduit vos émissions de CO2 de façon spectaculaire

En choisissant Nnof pour recycler et revaloriser votre vieux mobilier de bureau, vous épargnez à la planète des milliers de kilos d’émissions de CO2. La preuve par 11 !

Treize tonnes ! Voilà le nombre d’émissions de CO2 qu’ensemble 11 des derniers clients de Nnof ont épargné à notre planète. Et cela en acceptant tout simplement de recycler et revaloriser leur vieux mobilier de bureau. C’est un peu comme si ils avaient évité de rouler l’équivalent d’environ 100.000 km en voiture ! Un joli geste pour l’environnement auquel Nnof n’est pas peu fière de participer.

Une autre comparaison ? Le président Obama a annoncé vouloir réduire les émissions de CO2 de son pays de 30 % d’ici 2030. Chez Nnof, déjà en cette année 2015, nous sommes parvenus à les diminuer de 60 à 70 % voire, dans certains cas, de 90 % !